"FAT JEWELS", le fils qui n'a pu aller au bout de ses rêves.

Magazine MARIE-FRANCE - Dr.Eric Menat - Novembre 2004 (dossier "La Fin des Régimes")

Magazine MARIE-FRANCE - Novembre 2004 (dossier "La Fin des Régimes")

Extraits : [...] "Il faut arrêter avec ces vieilles croyances selon lesquelles le lait aide à grandir et protège de l'ostéoporose, s'insurge le Dr Eric Ménat (Nutritionniste à Toulouse). C'est le calcium qui est bon pour la santé. Pas le lait qui, sous sa blancheur trompeuse, cache les plus mauvais lipides qui soient, des graisses saturées riches en cholestérol. Son seul intérêt ? Sa teneur en calcium, essentiel pour que notre sang coagule et que notre coeur batte. Mais on en trouve de bien meilleures sources dans les légumes crucifères (brocoli, cresson, chou de Bruxelles... dont le coefficient d'absorption peut aller jusqu'à 61 %, contre 30 % pour les laitages), les oléagineux, les sardines, ainsi que dans certaines eaux" [...]

Pourtant, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de consommer trois produits (laitiers?) par jour ! "On ferait bien de regarder ce qui se passe aux Etats-Unis", insiste Eric Ménat. Une étude conduite auprès de 21.000 hommes a montré que ceux qui ont consommé chaque jour, pendant 11 ans, plus de 600 mg de calcium d'origine laitière avaient un risque de cancer de la prostate augmenté de 32 % par rapport à ceux qui n'avaient pas dépassé 150 mg de calcium (des résultats entérinés par 16 autres études).

D'après Edward Giovanucci, chercheur à Harvard, le calcium comprimerait le taux de vitamine D active, qui joue un rôle dans la protection contre le cancer. Conséquence, le 20.9.2001, des experts du Ministère de l'Agriculture des Etats-Unis ont jugé préférable d'avertir les consommateurs (allant même jusqu'à suggérer que l'on fasse figurer sur les briques de lait que "les gros buveurs de lait font davantage de cancers de la prostate et qu'il faut en consommer avec modération").

En france, le discours est tout autre : alors que des études montrent que l'introduction du lait de vache dans l'alimentation du petit enfant favorise le diabète, on continue d'en distribuer à l'école. Et les femmes ne sont pas épargnées. On commence à faire le lien entre le galactose, un sucre issu de la digestion du lactose, et le cancer des ovaires. Même chose pour l'ostéoporose. Comment se fait-il qu'une soixantaine d'études montrent que les femmes qui consomment le plus de lait, comme les Suédoises, les Norvégiennes, les Allemandes et les Américaines, soient les plus touchées par cette maladie ?

Comme il n'y a - peut-être - pas de fumée sans feu, l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Alimentaire) va tout de même revoir sa copie. "Nous ne remettons pas les recommandations du PNNS (Programme National Nutrition Santé) en cause, indique Ambroise Martin. Mais un groupe de travail, intitulé "Nutrition et santé osseuse" ou "Lait et produits laitiers" devrait plancher sur le sujet avant Noël..." [...]
***



30/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres