"FAT JEWELS", le fils qui n'a pu aller au bout de ses rêves.

Vieillissement de l’oeil : traiter la cataracte, le glaucome, la DMLA

 

L’œil est une structure très sophistiquée et donc très fragile. Tout excès de rayonnement UV, toute insuffisance d’apport nutritionnel, toute pathologie, en particulier vasculaire, en rapport avec le vieillissement, affectent son bon fonctionnement. Lorsque l’œil est atteint, les rémissions sont rares, mais plusieurs molécules naturelles sont capables non seulement de prévenir mais aussi de freiner l’évolution des grandes pathologies liées au vieillissement prématuré de la structure oculaire.

  • Vieillissement du cristallin et cataracte

Le cristallin est une lentille biconvexe située derrière la pupille de l’iris qui permet la mise au point des images sur la rétine.
Le vieillissement du cristallin se manifeste chez la majorité des individus par une perte de son élasticité et donc une difficulté de mise au point des images de près. C’est ce que l’on nomme presbytie.
Mais ce vieillissement peut aussi se manifester de manière plus pathologique par une opacification progressive de cette lentille cristallinienne.
La conséquence en sera la baisse d’acuité visuelle. Il arrivera un moment où le sujet dira voir comme à travers un verre dépoli ou une chute d’eau, d’où le nom de « cataracte ».

Sans traitement, cette opacification ira en s’accentuant et aboutira à une cécité quasi complète. Mais la cataracte peut également être une des complications du diabète, qu’il soit insulinodépendant et donc souvent précoce ou non-insulinodépendant et donc de la maturité.
Lorsque l’opacification du cristallin est devenue trop importante, le seul traitement consiste en une intervention chirurgicale et le remplacement par un cristallin artificiel souple.
Cette intervention permet, dans 90 % des cas, une bonne récupération fonctionnelle très rapidement. Mais comme dans toute opération chirurgicale, des complications peuvent survenir. Principalement, une infection qui aboutit à la perte de l’œil, un œdème de la partie centrale de la rétine qui entraîne une baisse définitive de l’acuité visuelle, ou le décollement de la rétine qui peut également entraîner une baisse irrémédiable de l’acuité visuelle.

Puisque l’on sait que le vieillissement est inéluctable, le meilleur traitement reste donc la prévention.

Les rayons UV, en particulier B, sont très nocifs pour l’œil dans la mesure où ils sont précisément responsables de la production d’une grande quantité de radicaux libres. Il faut donc les filtrer le plus possible et le plus tôt possible par des verres adaptés.

Par ailleurs, il faut privilégier une alimentation riche en fruits et en légumes. Pour preuve, deux études distinctes ont été réalisées aux USA. L’une sur des femmes, a montré que la consommation régulière d’épinards et de chou était protectrice contre la cataracte et l’autre, sur des hommes, que la consommation d’épinards et de brocolis diminuait le risque de développement de la cataracte.

Pour ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas consommer régulièrement ce type d’aliment, il faut supplémenter l’alimentation par un apport en molécules anti-oxydantes constitutives de ces aliments : lutéine, vitamine B2, C et E, sélénium, glutathion et acide R alpha-lipoïque.

Protocole journalier de la cataracte :

  • en principal = CSNL : 3 gélules (association d’acide R alpha-lipoïque, glutathion, lutéine, Vaccinium myrtillus)qui sera accompagné de …
  • AC500 : 2 gélules,
  • Malate MG : 1 gélule,
  • Sévine : 2 gélules

Dégénérescence maculaire liée à l'âge DMLA

La DMLA est, comme son nom l’indique, une pathologie dégénérative dont la fréquence dans la population est liée à l’âge. Si elle n’est que de 2 % avant 60 ans, elle est supérieure à 50 % après 80 ans.
Cette dégénérescence touche de manière sélective la partie centrale de la rétine, ou macula. Même à un stade avancé, les malades conserveront un champ visuel périphérique mais ne pourront plus ni lire, ni regarder la télévision ni même reconnaître les personnes se tenant en face d’eux.

Bien que les causes de la DMLA ne soient pas encore bien connues, des études mettent en évidence la responsabilité de l’exposition répétée aux UV B (en particulier si la couleur de l’iris est claire), de la fumée de tabac, de l’hypertension artérielled’une pathologie vasculaire sous jacente et de l’hérédité.
Dans les cas d’une DMLA débutante ou évoluée, une étude randomisée sur un grand nombre de patients, menée par le National eye institute (USA), a montré l’effet bénéfique d’une supplémentation associant vitamine C et E, zinc et béta-carotène.

Mais tous les caroténoïdes ne conviennent pas : des chercheurs ont ainsi mis en évidence un lien entre le cancer du poumon chez les fumeurs et la prise de béta-carotène. Deux autres caroténoïdes spécifiques de l’œil sont recommandés : la lutéine et la zéaxanthine. Ces molécules composent la majeure partie des pigments maculaires.
Par ailleurs une étude en double aveugle a montré que 80 mg de zinc pendant deux mois ont permis de diminuer de 42 % la perte de vision chez des sujets atteints de DMLA par rapport à ceux ne prenant qu’un placebo. D’autres études ont montré les effets bénéfiques du ginkgo biloba pour prévenir ou traiter les troubles secondaires liés à la DMLA.

Protocole journalier DMLA :

  • en principal DEMALA : 3 gélules (association de lutéïne, Vaccinium myrtillus, ginkgo biloba, zinc, vitamine B6)qui s’accompagnera de …
  • AC500 : 2 gélules,
  • Sévine : 2 gélules.


Glaucome chronique à angle ouvert

Le terme glaucome désigne une destruction du nerf optique, le plus souvent du fait d’une augmentation de la pression intra-oculaire.
L’augmentation progressive de la pression intra-oculaire est la conséquence d’une augmentation de la résistance à l’écoulement de l’humeur aqueuse. Cette augmentation progressive de la pression intra-oculaire détruit progressivement les cellules nerveuses émergentes du nerf optique au niveau de la papille.
D’où la nécessité de dépistage et de contrôle de la pression intra-oculaire après 50 ans ou même plus tôt s’il existe des facteurs de risque.

En cas de tension oculaire FKL : 2 capsules par jour

Parmi les molécules physiologiques utilisables à titre complémentaire pour traiter le glaucome à angle ouvert, la vitamine C est celle qui a fait l’objet du plus grand nombre de recherches et elle a effectivement réduit la pression intra-oculaire de manière significative dans de nombreuses études. Bien sûr la vitamine C ne guérit pas le glaucome et doit être prise en continu pour abaisser la pression intra-oculaire.

Il a été démontré que le cœnzyme Q10 pouvait réduire significativement les effets secondaires négatifs du médicament béta-bloquant Timolol classiquement utilisé pour abaisser la pression intra-oculaire.
Une action anti-oxydante complémentaire peut être obtenue en prenant de l’acide R alpha-lipoïque qui améliore la fonction visuelle de patients atteints de glaucome stade 1 ou 2.

Des études épidémiologiques mettent l’accent sur un possible effet protecteur et donc préventif des acides gras oméga 3 contre le glaucome.

Mais le glaucome chronique peut aussi exister sans augmentation de la pression intra-oculaire. Dans ce cas, il s’agirait plutôt d’une insuffisance circulatoire au niveau de la rétine. Dans cette catégorie de glaucome, le magnésium doit être utilisé.



08/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres